Louis de Boissy

Louis de Boissy (1694-1758), après avoir embrassé la carrière ecclésiastique, se consacre rapidement au théâtre.
Auteur prolixe, il écrit aussi bien pour la Comédie-Française (16 comédies) que pour la Comédie-Italienne (19 comédies). Le triomphe de l’Intérêt a été écrite pour cette dernière.
Son œuvre théâtrale comprend neuf volumes. L’obtention du brevet du Mercure lui assure jusqu’à la fin de sa vie une position confortable.
Il est reçu à l’Académie Française en 1754.

La musique du divertissement final est de Jean-Joseph Mouret, fils d’un marchand de soie et violoniste amateur, né à Avignon le 11 avril 1682.
Reconnu, dès l’âge de vingt ans, pour ses compositions, on le retrouve intendant de la musique de la duchesse du Maine, puis musicien de la chambre du roi, directeur de concert spirituel, et compositeur de la musique de la Comédie-Italienne.
On lui connaît quantité de divertissements de comédies tels que celui reproduit ici, d’airs, de sonates, de cantates... Mais il est lui-même auteur de huit opéras allégoriques et mythologiques (Les Fêtes de Thalie, Les Fêtes de l’été, Ariane et Thésée, Les Amours des Dieux, Les Grâces, Le Ballet des sens...). Il meurt le 22 décembre 1738 à Charenton.
Léris laisse entendre que les déconvenues de la fin de sa vie en auraient précipité le terme et qu’il serait mort fou : « le malheur qu’il eut de perdre en moins d’un an ses trois places, qui lui rapportaient environ deux mille écus de rente, lui avait dérangé l’esprit, & avança la fin de ses jours » .

Haut