Joël Jouanneau

Né en 1946, Joël Jouanneau se consacre entièrement au théâtre à partir de 1984 et devient le principal collaborateur de Bruno Bayen et de la compagnie Pénélope jusqu’en 1987.

En 1985, il écrit sa première pièce, Nuit d’orage sur Gaza, qu’il met en scène en 1987 à Genève, au Théâtre de Poche. Il écrit ensuite une trilogie sur l’errance et l’utopie : Le Bourrichon, comédie rurale (Prix du syndicat de la critique), Kiki l’Indien, comédie alpine (Prix du jury et du public, au Festival Turbulences de Strasbourg), Mamie Ouate en Papoâsie, comédie insulaire. Suivent Gauche Uppercut, comédie urbaine, en 1991, Le Marin perdu en mer, comédie pirate, en 1992, Allegria Opus 147 (Prix du syndicat de la critique), en 1993, Le Condor, en 1994...

Tous ses textes sont édités chez Actes Sud-Papiers, à l’exception de Dernier Rayon, publié à L’Ecole des loisirs en 1998.

En 1991, il reçoit le prix Théâtre SACD.

Depuis 1985, il met régulièrement en scène des auteurs contemporains dont Robert Pinget, Samuel Beckett, Thomas Bernhard, Jean-Luc Lagarce, Normand Chaurette, Yves Ravey, Jacques Rebotier, Jacques Séréna, Louis-Charles Sirjacq, Elfriede Jelinek, Lars Norén.

Artiste associé au Théâtre de Sartrouville-CDN depuis 1990, puis codirecteur de 1999 à 2003, Joël Jouanneau participe également au collectif pédagogique de l’école du Théâtre national de Strasbourg de 1992 à 2000. Depuis 2000, il est professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris.

Il écrit et monte Sous l’oeil d’Œdipe au festival d’Avignon 2009.

Aux Editions Espaces 34, il publie « Pop Rodéo » dans le recueil collectif Quatre costumes en quête d’auteurs, issu du projet mené par Jacques Bioulès au Théâtre du Hangar, Montpellier. La pièce bénéficie de deux mises en scène, l’une par Alexandre Morand, l’autre par Luc Sabot en 2009-2010.

Haut