Éditions Espaces 34

Théâtre contemporain

Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Ça ne passe pas

Ne dis pas Migrants - ça veut dire quoi migrants ? tu n’as jamais migré toi ?
Ne dis pas Hôtes – hôtes de qui ? accueillis par qui ?
Ne dis pas Réfugiés
Réfugiés c’est un statut international ils n’ont pas ce statut ils n’ont aucun statut
Dis Refusés
Dis Naufragés
Dis Rescued people
Dis Rescapés
Dis femmes enfants hommes en danger
Dans cet ordre l’ordre de tous les dangers
Dans la mer de tous les dangers
Dis
EN DANGER DE MORT

ÇA NE PASSE PAS
Ça ne peut pas passer
Il n’y a pas de passage
Le droit maritime n’est pas respecté
Le droit humain n’est pas respecté
Le droit d’être sauvé le droit d’être en sécurité le droit d’être soigné le droit d’avoir un toit le droit d’être traité d’égal à égal le droit d’être un être humain
A RIGHT TO BE SAVED TO BE SAFE TO BE CURED TO BE HOUSED TO BE TREATED AS AN EQUAL AS A HUMAN BEING
Il n’y a pas de SAFE
Il y a seulement du DANGER

Je ne suis pas une passeuse
J’aimerais être une passeuse
une passeuse de droits d’asile d’amour
Je sauve de la mer et puis c’est tout
Et sur terre ?
Est-ce que ça passe sur terre comment ça se passe ?
ÇA NE PASSE PAS
Je sors des personnes de la mer je les conduis au bord de la terre et elles redeviennent invisibles
Je les conduis au bord de la terre et c’est un autre enfer qui commence
Je les conduis au bord de la terre à la frontière et après elles se heurtent au mur
Et les murs sont faits pour que ÇA NE PASSE PAS
ÇA NE PASSE PAS

J’ai 30 ans
J’ai 28 ans
J’ai 32 ans
J’ai 34 ans
Je suis matelot mécanicienne je suis capitaine je suis second je suis bosco
Je suis marin – non pas marine Marine ça ne passe pas
Je fais la plonge la cuisine je nettoie le pont je tiens la barre je hisse les voiles je fais les manoeuvres je fais les quarts je dirige l’équipage je travaille sur les chantiers je répare
Je ne suis pas passeuse je suis marin
ÊTRE MARIN AUJOURD’HUI C’EST SAUVER DES GENS

Pourquoi pas passeuse ?
Passeuse ce n’est pas passeur ?
Est-ce qu’il y a des femmes passeurs ?
On ne voit que des hommes
C’est une question d’histoire de culture de domination d’argent
Ça ne veut pas dire que les femmes ne pourraient pas aussi –
si elles occupaient la place des hommes –
Est-ce qu’elles pourraient ?
Alors non pas passeuse
Passeuse et passeur ça ne passe plus

Revue de presse

« Un grand texte, engagé et politique qui percute le lecteur de plein fouet. »

[Centre national du livre, février 2022]


« Coup de coeur.

Ça touche pile là où il faut. J’aurai envie de partager ce livre avec tout le monde. »

[Babelio, 22 septembre 2022]


« Il y a du rythme, un slam, une litanie, on entend un battement en fond sonore, ça chuchote, ça geint, ça crie, ça hurle, ça fait mal, un texte pour se révolter, un texte pour dire Non !

Un texte à s’accaparer, à connaître, à jouer sur scène, à scander en public, à revendiquer, à gueuler ! »

[Babelio, 25 septembre 2022]


« À partir des témoignages de sauveteuses en mer, des déclarations de Pia Klemp et Carola Rackete, Claudine Galea a construit un texte bouleversant et juste, un texte sans concession. (…)

Elle donne la parole à ces équipages confrontés à l’indicible, parce que la réalité est toujours en deçà de ce qui peut être rapporté. Pourtant, elle trouve des mots pour raconter, exprimer et sidérer.

La confrontation à ces corps meurtris, violés, torturés, vivants ou morts, recueillis sur des embarcations à la limite du naufrage ou dans les eaux, ne peut laisser indemne. Non, décidément, « ça ne passe pas » ! (…)

À déclamer cependant de toute urgence sur les places publiques, pour briser l’indifférence et l’accoutumance distillées par les médias, pour rendre à l’humanité… son humanité.

[Babelio, 27 septembre 2022]


« Des passeuses d’humanité.

Claudine Galea donne la parole aux femmes marins embarquées dans des missions de sauvetage en Méditerranée.

C’est une femme qui parle. Ou plusieurs qui se répondent.

Le texte est dense, percutant, les images fortes.

Une question revient en boucle : ‘Comment ça se passe ?’ En jouant sur les multiples sens du verbe passer : se dérouler, s’infiltrer, ou sous sa forme intransitive ‘Ça ne passe pas’, Claudine Galea souligne la difficulté de ce qu’il devrait se passer, un sauvetage, et qui ne se passe pas. (…)

Claudine Galea cite le nombre de morts et de disparus, rappelle le droit international qui oblige au sauvetage de toute personne susceptible de se noyer. (…)

Ce texte poignant est comme un cri, de révolte, d’impuissance mais pas de capitulation, car ces femmes y retournent : leur lutte est celle contre toutes les dominations et la racisation. ‘C’est une question politique […), d’engagement d’humanité.’ »

[Chris Bourgue, Zébuline, 7 au 13 décembre 2022]

Un court extrait lu par l’auteure

ICI

Vie du texte

Sous le titre Quelque chose qui vaut mieux que soi, le texte est créé dans le cadre du projet Madam mené par Hélène Soulié, compagnie Exit, avec des extraits de textes d’Anne Sophie Bisiaux et Georges Didi-Huberman, dans une mise en scène d’Hélène Soulié, avec Lenka Luptakova et les femmes marins Marie et Claire Faggianelli.

—Théâtre Jean Vilar, Montpellier, le 23 novembre 2021
— Domaine d’O, Montpellier, les 10 et 11 décembre 2021

Tournée 2023
— Théâtre Studio d’Alfortville, du 18 au 21 janvier
— Théâtre Jérôme Savary, Villeneuve-lès-Maguelone (34), 17 mars
— Théâtre Molière, scène nationale de Sète (34), 15 avril


Création sur France Culture, dans le cadre de FICTION : Théâtre & Cie, coordonné par Blandine Masson, dans une réalisation de Laurence Courtois, avec Kenza Laala, le 5 mars 2023.

Haut