Essais et pièces rendant compte de la grande variété de formes du théâtre du XVIIIe siècle

Théâtre de la foire,
Anthologie de pièces inédites 1712-1736

    (Ouvrage collectif), Françoise Rubellin

ISBN : 2-84705-018-3, 15x23 cm, 416 p., 24,50 €
Ouvrage publié avec le soutien du Ministère délégué à la recherche de l’éducation nationale, et de la région Pays de la Loire

2005

Cet ouvrage comprend onze pièces du théâtre de foire, chacune faisant l’objet d’une présentation et d’un appareil critique spécifique. L’ensemble du volume bénéficie également d’une présentation de Françoise Rubellin.

- Arlequin fille malgré lui de Pierre-François Biancolleli, dit Dominique
présentation de Soazig Le Floch et Marie Berjon Travestissement

- La Matrone d’Éphèse de Fuzelier présentation de Laure Thomsen et Françoise Rubellin

- Pierrot furieux ou Pierrot Roland de Fuzelier présentation de Danièle Rialland-Caillous et Isabelle Degauque. Parodie

- Le Fourbe sincère de Desgranges présentation de Guillemette Marot Travestissements, types de commedia dell’arte

- L’Ombre de la foire de Lesage et d’Orneval présentation de Jeanne-Marie Hostiou Prologue, pièce en monologue

- L’Oracle muet de Lesage et d’Orneval présentation de Mirtill Varrò et Jeanne-Marie Hostiou Pièce à tiroirs

- Alzirette de Pannard, Pontau et Parmentier présentation de Isabelle Degauque. Parodie de tragédie (de Voltaire)

- La Fille obéissante, Anonyme présentation de [Isabelle Degauque.

- Atys travesti de Carolet présentation de Françoise Rubellin. Parodie d’opéra pour marionnettes

- Arlequin et Mezzetin morts par amour de Lesage présentation de Cécile Jeusel et Servane Daniel Première pièce de Lesage pour écriteaux

- Olivette juge des enfers de Piron présentation de Jeanne-Marie Hostiou et Isabelle Degauque. Pièce à tiroirs


« Cette anthologie invite à distinguer différents genres et différentes structures parmi les pièces foraines : on trouvera plusieurs prologues, petites pièces autonomes (L’Ombre de la Foire, le prologue d’Arlequin fille malgré lui, les deux prologues de La Matrone d’Éphèse).

On pourra comprendre ce qu’est une pièce à tiroirs avec Olivette juge des Enfers et l’Oracle muet.

La parodie étant un des fleurons du théâtre forain, deux parodies d’opéra, Pierrot furieux ou Pierrot Roland et Atys travesti ont été retenues, ainsi que deux parodies d’une tragédie de Voltaire, Alzire. L’une d’elles n’a subsisté que sous la forme d’un canevas, et l’on n’en connaît pas l’auteur. Mais La Fille obéissante laisse imaginer ce que pouvait être ce spectacle aux marionnettes, surtout si on la compare avec une autre parodie de la même pièce, à la même Foire, pour acteurs cette fois : Alzirette de Pannard, Pontau et Parmentier.

Enfin, on pourra lire (il faudra les chanter) plusieurs opéras-comiques où alternent les couplets et la prose parlée, et une pièce toute en vaudevilles, Arlequin fille malgré lui..

La diversité des formes que reflète cette anthologie ne s’explique que par l’histoire mouvementée des théâtres de la Foire. »

Françoise Rubellin


EXtrait de presse

« Comme le rappelle Françoise Rubellin, les auteurs de théâtre de foire n’ont eu de cesse de modifier leur langage à la scène, poursuivis qu’ils étaient, jalousés, par les tenants du Théâtre et de l’Opéra.
Une anthologie comme celle-là n’est pas particulièrement destinée à un public jeune. Pourtant cette liberté de ton et de forme qui confère à chaque œuvre une certaine cadence devrait séduire des lecteurs, voire des interprètes jeunes adolescents. »
[Jacques Pellissard, Griffon, novembre-décembre 2009]

Haut