Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

De terre de honte et de pardon

ISBN : 978-2-84705-160-5
EAN : 9782847051605

13x21cm, 56 p., 13 €
poème dramatique, récit polyphonique

Publié avec le soutien du Centre national du livre

2018

Nous ne proposons pas d'achat en ligne. Mais certains ouvrages sont disponibles en ebook.

Le jeune David, enfant, revisite son histoire. Il redonne voix aux souvenirs d’une vie familiale marquée par la violence et par le deuil, et il évoque sa découverte des écritures, autant sacrées que profanes.

Dans son carnet, refuge salvateur, l’enfant écrit ou recopie des phrases. L’acte d’écrire devient ainsi fondateur de l’être en devenir et un dialogue intime se tisse, imprégné des mythes bibliques comme des gestes les plus simples de la vie.

Construit par vagues, par boucles et par ellipses, De terre de honte et de pardon avance à la manière d’un psaume. Cette traversée d’un récit familial est aussi celle de l’héritage des Écritures.

Extraits de presse

« Il faut commencer à lire, à dire dans un élan, un sursaut. « C’est alors… ». Le comédien alors se lève (…) et prononce, articule, nous embarque dans le texte de David Léon de tout son corps : sa voix, ses gestes, ses postures. Il s’assied, se relève, se met à genoux, grimpe sur une chaise, s’adosse au mur du fond.

(…) Il sort de sa poche une petite lampe torche et comme le fait un enfant dans le secret de sa chambre sans éclairage, il parcourt les lignes de ce journal intime, en somme. Nous devenons ainsi ses complices. La mère n’a-t-elle pas prophétisé : tu écriras ?

Le musicien n’illustre pas les paroles du comédien mais leur donne une rythmique, une ampleur plus forte par moments. Pulsations, martèlements, bourdonnements. La violence, la folie du frère de David aussi dans les sons, les bruits qu’il crée.

La voix du comédien devient à son tour, électrique, amplifiée par le micro lorsqu’il récite le poème des origines dans toute sa beauté et sa dureté : je suis d’un vieux pays…

Pourtant la douceur irrigue cette trajectoire douloureuse, c’est celle qu’accompagne la guitare, comme une lointaine mélopée lorsque ressurgissent les souvenirs de l’enfance, du temps des petites classes.

Lorsque, à la fin du spectacle, le lecteur ne fera plus qu’un avec le comédien du jeu, assis au bord de la scène, le visage dans la lumière faisant et disant ses gestes (les mains sur les genoux) […] »

[Marie Du Crest, à propos du festival FOCUS, Infusion Revue, 13 décembre 2017]


« Chaque récit, chaque réminiscence, chaque parole que propose le texte est mené dans son rapport le plus intense à l’écriture littéraire elle-même, dans son expérience la plus inouïe, celle de lire pour pardonner.

C’est-à-dire que les mots qui pardonneraient ne seraient pas ciselés dans la matrice de nos propres mots mais dans les mots qui nous traversent et dont nous retenons par bribes l’essentielle vérité qui nous contient. En cela, on peut supposer que ce livre se situe dans le sillage d’ Un Batman dans ta tête et Sauver la peau. (…)

Comment appelle-t-on une œuvre où les mots parlent à la place des mots, en dehors des mots et où l’écriture raconte un palimpseste indécent, où les mots des œuvres citées du carnet d’enfant et d’adolescent se mêlent et se superposent aux mots du poète ? Comment peut-on définir une œuvre qui emprunte dans son sillage aux plus grandes pulsions romanesques comme le travail sur l’hérédité ?

Comment peut-on comprendre le travail enfoui d’un texte qui reflète tous les grands questionnements de chaque individu sur le genre, le rapport à la mère, le conflit avec la figure paternelle, l’expérience de la mort, l’insidieux brisement de la culpabilité et le peureux feston du pardon ? (…)

Ainsi, ce qui émerge de cette œuvre, c’est peut-être le rapport de l’enfant face à la terreur que lui inspire les récits bibliques (les épisodes du Jugement de Salomon, de Caïn et Abel sont entre autres convoqués) à laquelle s’ajoute la découverte de la Littérature qui a trait à la vie dans son aspect le plus farouche et le plus inconsolable.

A ces rapports de lectures qui fondent l’individu, s’adosse l’histoire, celle que porte chaque individu, de ses échecs et de ses forfaitures, qui l’étouffe et qu’il étouffe. C’est surtout en cela que l’œuvre rejoint ces grandes sœurs koltésienne et lagarcienne, peut-être dans le traitement du fait familial, du rapport de l’individu à sa famille. (…)

Une pièce terriblement théâtrale dans le rapport intime qu’elle tisse avec son auteur et qui est au centre des écritures contemporaines de notre siècle. Terriblement mystérieuse aussi comme si un être était capable d’interagir avec sa propre voix, dans un dialogue éternel avec ses souvenirs et ses offices : lire pour pardonner et écrire pour voir, pour mettre à nu… »

[Raphaël Blaise, L’Alchimie du Verbe, janvier 2018]


« David Léon ouvre le texte sur notre interrogation : faut-il croire en une construction autobiographique puisque l’auteur porte le même prénom que le fils qui parle ou bien à un jeu littéraire de miroirs ? David est aussi roi d’Israël.

L’incipit de la pièce (p.9-10) en italiques détermine le fondement de la superposition entre emprunts-citations et écriture personnelle de l’auteur. Le Jugement de Salomon (Livre des Rois 3-16-28) inscrit bel et bien le texte dans ce va-et-vient. Le débat entre les deux femmes devant le Sage biblique tourne autour de la maternité, de celle qui sera mère de l’enfant. Violence envisagée contre l’enfant convoité et violence du poing du père dans le ventre de mère. (…)

L’écriture ainsi est-elle un art poétique, qui avoue ses sources premières comme le pardon efface la honte sociale (la mère qui ne lit pas), la honte clanique.

Le titre d’ailleurs traverse à maintes reprises l’intégralité du texte. L’absence de virgule entre « de terre » et « de honte » dévoile ces passages sans obstacle et le « et » de clôture dit l’aboutissement de toute chose. Ce qui a été écrit est ce qui a été pensé par l’auteur et l’excipit fait se rejoindre ces deux lignes dans la toute dernière phrase : « j’ai récité pour lui le livre de terre de honte et de pardon ». Le fils s’adresse alors au père, cette fois-ci, dans une posture d’apaisement, de proximité, loin de sa première apparition en mari qui cogne.

Mais par-delà les enjeux littéraires, David Léon révèle que profane et sacré se répondent sans cesse dans le quotidien non pas seulement parce que mère fréquente les églises mais parce que le Livre et son livre ne font plus qu’un. »

[Marie Du Crest, La Cause Littéraire, 14 février 2018]


« Lire et relire à plusieurs reprises, un moment de l’histoire du jeune garçon et des siens, parcours de vie qui rejoint celle de la matière biblique, littéraire plus universelle. La présence précise dans sa douceur de la voix de David Léon affirme que l’écriture et donc son corollaire théâtral, la parole, constitue une matière unique et indissociable.

L’écrivain lit ce qu’il a lu, ce qu’il a recopié et ce qu’il a écrit pour la mère, la grand-mère, le père et tous les autres, pour nous, en fait. Tout se tient en vérité dans cette seule présence radiophonique. Le reste n’est qu’exégèse. J’entends alors, celui à qui la mère a dit : « tu seras le fils de la parole ». (…)

La voix humaine est bel et bien affaire de chant, de psaume et c’est cela qui traverse à la fois la pièce comme texte de silence mais aussi simultanément comme musicalité poétique des cœurs et des voix. »

[Marie Du Crest, à propos de l’émission sur Radio Clapas, La Cause littéraire, 6 mars 2018]


David Léon, auteur dramatique et comédien, publie aux éditions Espaces 34 sa septième pièce intitulée De terre de honte et de pardon. C’est le récit d’une histoire familiale marquée par la violence (du père, dans une moindre mesure de la mère), le deuil (du petit frère) et la maladie (de la mère).

Ainsi résumée, la pièce pourrait ne pas enthousiasmer. Mais ce résumé est tronqué car il ne dit rien de la langue de David Léon, qui mêle l’écriture et l’histoire intimes à l’Écriture et l’histoire bibliques, et dialogue aussi avec la mythologie et la littérature – Faulkner et les Norvégiens Jon Fosse et Tarjei Vesaas.

Qui soulève et rehausse (au sens également pictural d’un rehaut) l’histoire personnelle jusqu’à l’histoire universelle, soulève et rehausse l’autobiographie jusqu’à l’histoire du monde et l’anthropologie. Car tout homme a pu connaître la douleur, la violence, la blessure et la honte de la blessure ; tout homme a pu connaître le partage intérieur entre la honte d’être né de ses parents et la douleur de les découvrir pauvres et nus, douleur qui est amour car on ne les aime pas moins lorsqu’on les découvre pauvres.

Il y a ainsi dans la « pièce-récit » de David Léon comme un mouvement de présentation de la personne et de sa vie à une instance antérieure et supérieure (spirituelle et littéraire) qui lui permet de mieux se comprendre et s’accepter. (…) cette pièce mérite incontestablement d’être lue, vue et entendue.

Il y a dans le livre de David Léon comme une fécondité de la honte, car si l’auteur écrit pour sauver les siens de la honte, cette honte elle-même, en étant dite et rattachée comme on a dit à l’histoire biblique, est féconde et, loin de défigurer ceux qu’elle frappe, les rend plus pitoyables (dignes de pitié) et ainsi plus aimables. (…)

Cette bonne honte est la honte de ses fautes, de son égoïsme, de ses manques d’amour. Et l’on peut penser que l’un des intérêts, voire des objectifs, du livre de David Léon est de démêler l’écheveau de la honte pour discerner la bonne de la mauvaise honte. Ainsi, lorsqu’il rappelle la façon dont sa mère évoquait la honte de la nudité de son père, la honte de l’humiliation, l’auteur expose cette honte sans, précisément, s’y enfermer car la honte d’être nu est une blessure que nous partageons tous, précaires et démunis que nous sommes. Elle peut même être un appel à la rencontre, un appel à se couvrir l’un l’autre. (…)

En reliant son histoire à l’histoire biblique, à la mythologie (à la figure de Tirésias qui peut comprendre le langage des oiseaux – ce langage qui a suscité des œuvres musicales et picturales majeures comme celles de Messiaen et Braque – et se voit accorder un don de voyance pendant sept générations), en relisant le visage et la vie de ses parents à la lumière du visage du Père que nous montre la Sainte Face, David Léon fait une œuvre de réconciliation, compose à sa façon personnelle l’œuvre de réconciliation que chacun de nous souhaite secrètement accomplir. Il conclut ainsi : «  j’ai répété les phrases pour Père j’ai récité pour lui le livre de terre de honte et de pardon  ».

[Frédéric Dieu, Profession spectacle, 13 octobre 2018]

Vie du texte

Lecture dirigée par Béla Czuppon, avec Eric Colonge et Patrice Soletti, La Baignoire, Montpellier, les 27 et 28 janvier 2017
et dans le cadre des Rugissants, à la Cave poésie, Toulouse, le 31 janvier 2017.


Lecture à Théâtre Ouvert, dirigée par David Léon, avec Pierre-Félix Gravière et, pour l’univers sonore, Guillaume Léglise, le 27 novembre 2017.


Lecture musicale dirigée par David Léon, avec Éric Colonge et Roman-Karol Halftermeyer (lecture & guitare sèche), librairie Sauramps, Montpellier, le 22 mai 2018.

Radio Clapas - Emission PVC sur 93.5 Montpellier

1 heure d’émission à écouter en podcast dont le principe est :

« Autour des auteurs publiés par les éditions Espaces 34, les étudiants de l’ENSAD de Montpellier, sous la direction de David Léon, travaillent leur voix, leur diction, le sens des textes. Une fabrique de l’art du comédien à entendre, entrecoupée par la parole des auteurs, de leur éditrice Sabine Chevallier, et de la dramaturge Marie Reverdy. Le texte se déploie également le temps d’une lecture faite par l’auteur, par les étudiants de l’ENSAD, ou par Béla Czuppon, comédien et metteur en scène, La Baignoire-Montpellier. »

http://www.radioclapas.fr/portfolio/plateau-virtuel-club/

1re diffusion vendredi 2 février 2018, émission 4
https://soundcloud.com/radio-clapas/pvc-04-fevrier-2018?in=radio-clapas/sets/pvc

Haut