Après diverses traductions liées à des mises en scène, création d’une collection "Théâtre contemporain en traduction" avec la Maison Antoine Vitez-Centre international de la traduction théâtrale

Ailleurs et maintenant

ISBN : 978-2-84705-164-3
EAN : 9782847051643

13x21cm, 88 p., 14,60 €
Publié avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale

2018

Nous ne proposons pas d'achat en ligne. Mais certains ouvrages sont disponibles en ebook.

Texte inclassable, long monologue en forme de journal de bord, Ailleurs et maintenant est un voyage au sein des réflexions intimes d’un metteur en scène en plein questionnement. Voyage littéral, puisque la troupe, en tournée à travers le monde, passe d’un aéroport à un autre, voyage spirituel puisque Toshiki Okada s’interroge sur son être au monde.

Avec humour, en décortiquant un à un les clichés, l’auteur évoque le cœur de son métier – qu’adviendrait-il si les acteurs cessaient de jouer et n’étaient autres qu’eux-mêmes sur scène ? Mais c’est aussi la question du regard de l’autre qu’il examine et, en particulier, comment, Japonais, il est perçu à l’étranger ainsi que dans son propre pays.

Que signifie « vivre le temps présent » et « être ici » quand on est en perpétuel déplacement physique ? Quelle influence sur l’écriture et la capacité à écrire ?

Envoutant par sa musique interne et par sa forme, Ailleurs et maintenant est une tentative de réponse à une question cruciale, au centre du texte : comment inventer une forme nouvelle de théâtre ?

Extraits de presse

« L’auteur japonais Toshiki Okada a écrit ce texte pour la Compagnie des Lucioles en 2017. Le metteur en scène Jérôme Wacquiez a adapté le texte pour cinq comédiens.

Une troupe japonaise se rend en tournée dans le monde entier, voyageant au sens littéral comme au sens spirituel puisque l’auteur s’interroge sur son existence, sur le monde et sur le théâtre.

Sur scène, les comédiens déploient beaucoup d’énergie et de talent, jouant parfois « le même rôle afin de prendre le poids du monde » explique Jérôme Wacquiez.

Autre aspect marquant, tout est bleu (…) Une couleur symbole de l’eau, source de vie et de réflexion sur la vie. »

[Nathalie Feildel, Dauphiné Libéré, 5 février 2018]


« pièce un peu déroutante, dépourvue de dialogues et recourant volontiers au style indirect libre, qui se présente comme un récit et une méditation du dramaturge et metteur en scène.

Le créateur semble en état d’apesanteur, son âme semble flotter un peu au-dessus de son corps, de tout ce qui fait le corps de sa vie : le Japon, les pièces qu’il met en scène, ces constants déplacements à travers le monde, dans l’asepsie des aéroports internationaux, des avions et des chambres d’hôtel.

Il y a parfois quelque chose d’un Lost in translation inversé (…)

Ce long monologue est parfois drôle.

Mais son principal intérêt n’est pas là : il est dans la réflexion qui le motive et qu’il produit aussi, selon une logique performative, réflexion sur une forme théâtrale nouvelle, dans laquelle les acteurs ne jouent pas des personnages. (…) l’auteur nous en dit finalement assez peu sur cette forme nouvelle, dans l’itinérance intérieure et le paysage mental que déploie le récit, cette errance et cette mouvance qui s’offrent au récitant et au lecteur, non sans une certaine mélancolie.

On voit donc Toshiki Okada, tel Rimbaud dans les Illuminations (Vagabond), « pressé de trouver le lieu et la formule ». Et on peut croire que sa quête n’est pas tout à fait vaine lorsqu’on le laisse, à la fin du récit, seul dans sa chambre d’hôtel australienne, coupé du monde et de ses communications incessantes par la panne d’électricité qu’a provoquée le violent orage qui s’est abattu sur la ville.

Il peut alors voir en pleine lumière combien sa vie est faite de fragments, comme le monde est composite et à quel point l’on n’arrive guère à appréhender, à arpenter, que des parcelles de temps et de lieux. (…) »

[Frédéric Dieu, Profession spectacle, 14 juin 2018]

Vie du texte

Commande d’écriture de Jérôme Wacquiez, compagnie des Lucioles, portée par la Maison du théâtre d’Amiens.

Création à la Maison du théâtre d’Amiens, dans une mise en scène de Jérôme Wacquiez, compagnie des Lucioles, avec Flora Bourne-Chastel, Christophe Brocheret, Nicolas Chevrier, Makiko Kawai, Jérôme Wacquiez, les 22 et 23 janvier 2018.

Tournée 2018
— Comédie, Ferney-Voltaire, le 2 et 3 février
— Forum de Chauny, le 8 février
— Bords2scènes, Vitry-le-François (51) : 18 octobre

Haut