Après diverses traductions liées à des mises en scène, création d’une collection "Théâtre contemporain en traduction" avec la Maison Antoine Vitez-Centre international de la traduction théâtrale

Lait noir, ou Voyage scolaire à Auschwitz

ISBN : 978-2-84705-170-4
EAN : 9782847051704

13x21cm, 72 p.
Quatre rôles (homme 37 ans, garçon 17 ans, deux filles 17 ans) pouvant être interprétés par deux hommes, 1 femme

Ouvrage publié avec le soutien du Centre national du livre et de la Maison Antoine Vitez - Centre international de la traduction théâtrale

2018

Nous ne proposons pas d'achat en ligne. Mais certains ouvrages sont disponibles en ebook.

Thomas, un adolescent à la dérive, n’aime les excursions scolaires que pour une raison : les filles s’y laissent plus facilement draguer. Et ce voyage à Auschwitz est sa « dernière chance » avant l’exclusion.

Ce nom n’évoque pas grand-chose pour lui mais ce qu’il découvre en visitant le camp provoque un tel choc qu’il rejette immédiatement, en bloc, son identité allemande, et fugue.

Errant, sans papiers, il est amené au commissariat où Tomasz, un policier désabusé, tente de découvrir qui il est. Petit à petit, ils vont s’apprivoiser.

À la manière d’un thriller, la pièce va aussi révéler d’autres histoires dans l’Histoire… Ainsi Isabella, la fille de Thomasz, découvre-t-elle dans le grenier familial le journal d’une jeune fille, Marika, écrit pendant l’hiver 41/42.

Une pièce en prise directe avec les problématiques contemporaines à la fois de mémoire et de xénophobie dont le titre Lait noir est une référence à un poème de Paul Celan, qui se trouve à la fin de la pièce.

Le texte à l’étranger

La pièce a été créée en allemand en 2011 et a remporté plusieurs prix.

Vie du texte

Lecture d’extraits à la Mousson d’hiver, dirigée par Éric Lehembre avec les étudiants de Sciences Po Paris Campus de Nancy, avec le soutien de Fabula Mundi, playwriting Europe, le 15 mars 2016.

Première lecture intégrale lors du festival Prise directe, festival de lectures de théâtre contemporain, dans une mise en espace de David Scattolin, au Grand bleu, Lille, le 7 février 2017.

Haut