Éditions Espaces 34

Théâtre contemporain

Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Trois fois Ulysse

EAN : 978-2-84705-305-0
13x21cm, 64 p., 13,50 €
3 femmes, 1 homme, chœur
Publié avec le soutien du Centre national du livre

2024

C’est l’histoire d’un retour, peut-être le plus fameux de la littérature, le retour d’Ulysse. Poème de la force, éloge de la gloire, cela fait vingt-neuf siècles que l’on s’incline.

Dix ans de guerre, dix ans pour revenir. Et tout du long, violence, meurtres, mais aussi amour, larmes et solitude. Les femmes y sont des déesses, des amantes, ou des épouses. Car l’Odyssée est un récit d’hommes.

Hécube n’y figure pas, elle qui symbolise le massacre de Troie. Pénélope apparaît dans quelques lignes, seule son attente fidèle est brandie par les hommes. Et Calypso avec qui Ulysse passe le plus de temps (sept années presque huit), se rend aussi quoiqu’elle l’aime vraiment.

Ulysse veut rentrer chez lui, à Ithaque. Être un héros vivant. Ulysse est unique, tous ses compagnons sont morts. Pénélope comme Hélène ne sont que des prétextes. Mais ce que Pénélope a appris en vingt ans, il l’ignore.

Extrait de presse

« Une surprenante réécriture du mythe d’Ulysse du point de vue des femmes qui l’ont côtoyé. Une écriture lyrique et flamboyante. »

[Centre national du livre, février 2024]


« Trois Fois Ulysse réactualise ce lien existentiel au temps, à l’amour, à la violence, à la séparation et à la solitude, des mouvements intérieurs qui composent et structurent toute conscience éveillée.

La révélation ne peut s’accomplir qu’à travers la rencontre du héros légendaire Ulysse avec trois femmes, si peu en nombre dans le panier des conquêtes du viril glorieux, mais emblématiques d’une posture féminine personnelle capable de se confronter au symbole d’un guerrier intouchable. (…)

Les interprètes accordent à leur voix juste la prose poétique de Claudine Galea, à la fois écriture profonde et distante, exacte et vraie, destinée à une belle écoute privilégiée - amusée et grave. (…)

Bel envoûtement poétique et radieux - justesse posée d’une parole féminine, musique et chants. »

[Véronique Hotte, Webtheatre, 6 avril 2024]


« À plusieurs dizaines d’années d’intervalle, Ulysse est, par trois fois, dépouillé de ses glorieux oripeaux, et confronté aux conséquences de ses actes, à la douleur de ses sentiments et aux ricochets de ses manquements et autres errements. (…)

Sous la houlette de Claudine Galea, Hécube, Calypso et Pénélope ne sont alors plus des pleureuses, des geôlières ou des épouses cantonnées à leur fidélité, mais bien des femmes fortes, de celles qui font bouger puissamment les lignes et Ulysse avec elles. »

[Vincent Bousquet, Sceneweb, 8 avril 2024]


« De ce très beau texte et de cette très belle mise en scène surgit un Ulysse enfin dégagé de son armure de héros invincible, un peu plus fragile et émouvant. »

[Micheline Rousselet, Culture.blog, 9 avril 2024]


« C’est un spectacle-poème, un spectacle rituel comme on en voit peu. (…)

C’est merveille de redécouvrir, grâce à la belle autrice féministe, un modèle masculin que l’on a tant dit « rusé, ingénieux, sagace, divin, unique, brillant, vaillant, avisé, subtil et à la lague de miel » et qui se révèle ici face à trois femmes qui l’ont affronté, aimé – Hécube, Calypso, Pénélope –, dans toute sa violence forcenée comme sa vulnérabilité, son désarroi comme sa solitude. (…)

Au travers de ces femmes délaissées, Claudine Galea interroge majestueusement la masculinité. Non sans compassion et tendresse pour cet Ulysse ballotté entre doutes, désirs, envies de fuite et de retour, toujours en quête de femmes protectrices que raconte vaillamment Laetitia Guédon.

Sacrée et dérangeante odyssée. »

[Fabienne Pascaud, Télérama, n °3874, 10 avril 2024]


« La metteuse en scène Laëtitia Guédon crée un oratorio théâtral d’une grande beauté : entre jeu, chants et arts visuels. (…)

Toutes trois parlent, tonnent, s’enflamment, font vibrer la partition du juste et de l’injuste. Ce sont elles, les héroïnes de ce triptyque théâtral. Ulysse, lui, tombe de son piédestal. Il n’existe plus que par le prisme de leur conscience et la grâce de leur volonté.

Densité poétique du texte et de la mise en scène ; beauté des corps, des images, des tableaux. D’un lyrisme revendiqué, Trois fois Ulysse est l’occasion d’une expérience singulière. (…)

Les comédiennes et comédiens (Clotilde de Bayser, Baptiste Chabauty, Éric Génovèse, Marie Oppert, Séphora Pondi, Sefa Yeboah) participent, eux aussi, à la vigueur tranchante de ces trois face-à-face.

A la fois charnelle et minérale, la gravité de leur présence confère un souffle souverain aux cavalcades de mots imaginées par Claudine Galea. Des cris nous bousculent, nous transpercent. Des silences nous apostrophent. Les horreurs du contemporain se rappellent à nos esprits.

Une forme de communion relie, peu à peu, interprètes et publics. Brouillant la frontière entre salle et plateau, Trois fois Ulysse tend les bras aux spectatrices et spectateurs. Heureux qui, comme elles, comme eux, a fait ce beau voyage. »

[Manuel Piolat Soleymat, La Terrasse, n° 320, 11 avril 2024]


« Cette perspective féminine qui pose un regard critique sur l’un des héros antiques parmi les plus légendaires, se transforme presque en un plaisir coupable. (…)

Il était temps que ce fameux Ulysse soit scruté de plus près, et par les yeux des femmes qui ont partagé son existence.

Ce texte est une véritable libération ! Enfin, l’on se penche sur les femmes ! Et de quelle façon… Quel talent, quelle subtilité… L’humour cinglant est irrésistible !

Le décalage entre cette époque mythique et révolue, et les expressions qui sont les nôtres aujourd’hui, se lit comme une gourmandise.

Enfin, il est écrit noir sur blanc que si Ulysse est devenu si célèbre, si renommé, si illustre, les femmes de sa vie y sont pour quelque chose. Elles ont chacune forgé une partie du héros. (…)

Claudine Galea nous offre une version contemporaine et progressiste de ce mythe dédié aux hommes et à la violence.

Elle rend hommage aux femmes trop longtemps restées dans l’ombre d’un seul homme et leur restitue toute la force et la fierté qui sont les leurs. »

[Virginie, Lire et Sortir, 19 avril 2024]

Vie du texte

Création dans une mise en scène de Laëtitia Guédon, avec Eric Génovèse, Clotilde de Bayser, Séphora Pondi, Marie Oppert, Sefa Yeboah, Baptiste Chabauty, et le chœur Unikanti. Théâtre du Vieux Colombier de la Comédie-Française, du 3 avril au 8 mai 2024.

Deux courts extraits lus par l’autrice

Extrait 1

Extrait 2

Haut